vendredi 25 novembre 2011

Délires et conséquences d'une soumission de projet


Pour l’HomO ScribanuS : quelle lourde tâche que ces laborieuses sélections de maisons d’édition !

Auto-portrait objectif

Mu par un espoir incontrôlable et fougueux, notre scribe a d’abord visité les sites des sus-citées. Il a inventorié puis expédié en nombre, en prenant soin de personnaliser le mail que personne ne lira.
S’ensuit une période de veille durant laquelle l’HomO ScribanuS attend. Prend racine. Le cul sur sa chaise. Éventuellement en tournant en rond. Souvent en se rongeant les ongles. Et s’exterminant avec des « nuit gravement à la santé » dont les cadavres consumés s’entassent dans le cendrier.
Incapables de pondre la moindre ligne valable, son esprit, et toute son attention, sont monopolisés par la surveillance vigilante de sa messagerie électronique. « Et si on me répondait « oui » (une histoire de veau, vache, cochon se dessine déjà dans sa tête !). L’HomO ScribanuS devient euphorique.

HomO ScribanuS en quête (pour ceux qui me connaissent : oui, j'ai arrangé mon nez... et alors ?)
Désormais sa vie s’organise : allers et retours fréquents de chez l’ami Word (qu’il ne peut plus souffrir) à sa boîte de réception désespérément vide. Fébriles clics et désappointement chronique.
Hélas :
Rapidement apparaissent les premiers troubles : affaissement subit du moral et de l’épine dorsale à la lecture des premiers « Malgré tout l’intérêt de votre projet, nous sommes au regret... »


HomO ScribanuS actuel


L’HomO ScribanuS, la mine défaite, les yeux cernés, la ressemblance avec le spectre du panda (déjà cité ailleurs sur ce blog) s’accentuant, décide de faire cesser cette dégringolade.

Il relit Alexandre Jollien... il se « détache »... et, très vite, le héros de son histoire, le point de départ du fameux PDF (affreux d’ailleurs, ce terme !), n’est plus qu’un titre classé dans l’éléphantesque mémoire de son disque dur externe.

Rassurez-moi, bande de scribes et de peinturlureurs, ça vous fait le même effet, la soumission de projet ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire