mardi 28 mars 2017

LES JOLIES CHOSES

Saint-Rémy-lès-Chevreuse... son salon Lirenval, ses nuées d'enfants rieurs, son lac... ses canards et ses merles chanteurs...



Se découvrir dans un cahier de poésie, en majuscules arrondies, encre bleue, lune dans la nuit, rimes en pâmoison, dessins sur feuille Canson... Oh ! (C'est fou, archi fou !)





Rencontrer des uns, des unes grâce à un Ours et une Lune, voyager, ici, là, au gré...

Rire, partager, rire, échanger, rire, goûter, rire, se nourrir des rires alentour, écouter ricocher les rires, rires, rires, rires... 


Dessiner, dédicacer, sourire...














pour les belles images de ces livres, de ces mains, de ces mots et ces dessins...


Rapporter des voyages de papier, quelques lignes manuscrites et dédiées... les poser au pied du lit...


Cœur tambour devant la petite pile d'émotions à venir...



Recevoir un prix, le partager avec Antoine, dessinateur étoile, Chloé et Amélie, du vert Élan... s'en réjouir...

 


Revenir
Pleine
Riche
Emplie

de 
toutes ces jolies choses


mardi 21 mars 2017

LIRENVAL 17ème saison

Du 23 au 25 mars 
Je serai à Saint-Rémy-lès-Chevreuse 
pour la 17ème édition du salon Lirenval


Rencontres scolaires autour de

l'ouvrage de référence choisi par les organisateurs.

Lecture animée de l'album 
Animation "François Pompon"
Ateliers philo sur le voyage et l'amitié
Les rencontres seront riches et variées !

Atelier philo guidée, "Le voyage"
(l'une des images proposées aux élèves)

J'éprouve de plus en plus de plaisir à animer des débats philo avec des enfants des classes élémentaires ou de maternelle. Il s’agit d'ailleurs davantage d’apprendre à philosopher que d’apprendre la philosophie.

On peut parler, en ce qui concerne les enfants, de « philosophes naturels » : leur étonnement se mue en questionnement, ils éprouvent la curiosité de savoir.
"S'étonner, la philosophie n'a pas d'autre origine", disait Platon.
Les enfants ne cessent de nous poser des questions d’ordre philosophique : « Où j’étais avant de naître ? Quand est-ce qu’on est grand ? Pourquoi je ne peux pas faire tout ce que je veux ? Pourquoi on n’est pas tous pareils ?»
Non seulement ils posent ces questions, mais ils attendent de vraies réponses.
Soit on leur apporte des réponses toutes faites, parfois un peu moralisatrices, soit on essaie de susciter le désir et le besoin de chercher les réponses en eux et de les confronter aux idées des autres.

dessin Y. Autret - Clic !

Nous voilà au cœur d’une des missions de l’école : la construction de l’enfant comme personne au sein du groupe.
L’objectif de l’atelier philo va être de lui donner l’occasion d’exprimer une pensée personnelle et de développer ainsi son esprit critique.
Grâce à l’atelier philo, les élèves approchent le sens véritable de leur présence à l’école : c’est pour eux, pour le développement de leur personnalité et la construction de leurs compétences qu’ils sont là.
L’atelier philo pratiqué précocement et régulièrement permet aussi de développer :
- Des habiletés langagières
- Une conscience, une formation citoyenne
Il développe chez les enfants l’estime de soi et le respect des autres, une confiance en soi, en l’enseignant et en le groupe, qui l’aide à entrer dans les apprentissages.



Au salon du livre, j'aurai le plaisir de retrouver Oreli Gouel, ma complice aux pinceaux pour :



Ainsi que beaucoup d'autres auteurs et illustrateurs...

Le programme ici :

Clic !

jeudi 16 mars 2017

PENSER L'ECOLE, PENSER À L'ECOLE

Samedi 18 mars, je serai à Moulins pour la journée académique de l'ESPE.
J'y donnerai une conférence en matinée :

"Penser l'école, penser à l'école"

Elle s'organisera autour de 3 axes de réflexion :
  • La relaxation à l'école maternelle
  • L'atelier philo en classe, dès 4 ans
  • Les émotions



Puis deux ateliers l'après-midi, avec d'autres intervenants :

Il y aura également, tout au long de la journée (au salon des éditeurs, vous pourrez trouver mes livres édités chez Retz) :


Ensemble, nous bâtissons en douceur et à pas de Géants, une école différente, humaine, vivante, nous enseignons autrement, avec bon sens tout simplement, avec le cœur... dans l'écoute, le respect et le partage.



samedi 11 mars 2017

CONFERENCE et ATELIERS - STRASBOURG

Les 14 et 15 mars,
je serai à Strasbourg, à l'atelier Canopé 67
pour le forum de la littérature de jeunesse

Mardi 14 mars 
Conférence aux membres de l'AGEEM Alsace 



Mercredi 15 mars
Atelier philo 
"Sommes-nous pareils ou différents ?"
+ atelier d'écriture
avec les CE2 de l'école Gustave Doré


Suivi de dédicaces au salon des éditeurs
(albums Elan vert - Canopé - ouvrages Retz) 

et d'un atelier adulte que j'animerai avec Laetitia Boulom de Canopé :
"De l'album au livre numérique"

Version papier et ebook



lundi 6 mars 2017

LA VIE EST UN MIRACLE

Première mise en bouche de mon prochain spectacle !

Amis, retenez la date !

Les répétitions ont commencé 
et.......
déjà mon cœur danse sa petite gigue de joie !



vendredi 10 février 2017

Fil de voyage n°1

Hiver.
Dans mon pays d'étangs, le ciel et l'eau ne sont plus qu'un soupir incroyablement gris. Immensément lent.


De l'autre côté du monde, à l'envers de la terre, il est un caillou. Une pierre à la chevelure de pins verts dressés vers le ciel, entourée d'une mer irréelle.
C'est là-bas que j'ai découvert que le bleu pouvait être chaleureux.




Nouvelle-Calédonie.
J'ai été sur cette île.
En novembre.
J'y ai été pour recevoir un prix... 
J'ai reçu davantage... 
Et j'ai donné aussi.
Partage... partages...

Cadeau des élèves de Laurence, école Suzanne Russier, Nouméa

À ceux que j'ai rencontrés là-bas, j'ai promis un journal. 
Un journal de voyage...
Il est en moi et il est à vivre.
Comment dire...
C'est comme si ce voyage était à venir, m'était familier et n'avait pas encore été.
Comme si je l'avais à la fois vécu, rêvé, et que je l'attendais. 
Étrange rencontre de l'irréalité des choses et de leur évidence, de leur existence.
Une impalpable palpabilité. Une inconstante consistance.
Ma fille disait un jour, à propos d'un lieu sublime dans lequel, justement, elle se trouvait : 
"C'est tellement beau, j'aimerais y être !"


Imaginez.
À bord d'un avion, vous survolez un vaste ventre rond. Vingt heures passent comme un songe joyeux. Il y a vous, le ciel, et là-bas. Vous ne pensez plus qu'à ce sol inconnu où vous allez vous poser.
Vous arrivez...
Et.
Vous êtes chez vous.
Vous ne vous sentez pas étranger.
Vous reconnaissez. Vous retrouvez.
Vous respirez cet air, et en vous quelque chose se libère.
Vous marchez dans l'aéroport. D'un bon pas.
Et rien ne vous surprend.
Et tout vous étonne.
C'est comme si vous veniez de naître.



C'est ce que j'ai ressenti, mes amis de Calédonie, quand je suis arrivée chez vous. 
Je respirais à l'unisson de votre terre. 
Voilà pourquoi il m'a fallu ce temps. Depuis mon retour. Pour parvenir à dire. À exprimer.
Parce que sur ce sol calédonien, aussi incroyable que cela puisse paraître, pour la première fois de ma vie, moi la fille sans racines, je me suis sentie chez moi.


Je voulais vous amuser, rédiger une petite farce à notre image, un miroir de nos rires !
Et ce ne sont pas  ces mots-là qui me viennent !
Je crois que dans ce fil de voyage que je vais vous écrire petit à petit, ici, il n'y aura pas d'ordre et pas de ligne... ce sera notre cœur touche cœur, sorti tout neuf de l'oeuf ! (de cagou ?)

©
Sur votre caillou, on avait le droit d'être ému et de le dire, de serrer l'autre dans ses bras, de ressentir des émotions, d'emplir ses yeux de larmes, le sourire tout autour de la tête et le rire éclatant... d'être soi, en somme, sans avoir la sensation d'être déplacé, trop ceci, trop cela, ou pas assez... 
Ces petits riens qui sont devenus tout, ces petits bouts de vous, de nous,  ces éclats, ces clins ne me quittent plus.



Avez-vous déjà eu la sensation d'être dans une bulle ?
Je suis dans celle que vous m'avez offerte. Généreuses fées, bienveillants Merlin. C'est un espace clos et transparent, infiniment vaste. Qui me protège. Infiniment bleu et chaud et apaisant.



Nous sommes descendus de l'avion, mon fils Jérôme et moi. Vous nous attendiez, au cœur de la nuit.
Nicole avait tressé des colliers de fleurs de frangipanier. Elle les a déposés autour de nos cous. Leur parfum était doux, vos sourires éclatants. Toute ma vie je me rappellerai ces instants.



Ils ont tissé notre premier fil.