mercredi 23 octobre 2013

L'histoire d'une histoire............





De ta cabane, il y avait une vue panoramique.
Assises sur le toit du monde, nos jambes perdues dans la nuit, nous comptions les étoiles.
Au loin, les lumières de la ville. Comme un millier de comètes.
Le lichen nous couronnait, les rêves nous montaient à la tête et le vent dans les feuilles me soufflait des histoires.



Ne reste que quelques clous rouillés, du bois rongé,
 une échelle bancale dans le jardin d'une maison abandonnée.
Dérisoire.



... De cet été, où le répit dans le remous était si doux, ne subsiste que cette promesse.
Celle que je t'ai faite. 

"Tu les écriras les histoires ? Dis ? Tu les écriras les histoires que tu me racontes ?"

"Oui, Cléo-Lune, je te le promets."

"Croix de bois, croix de fer, si tu mens, tu mangeras ton poids de gruyère."

"J'aime bien le gruyère..."


Ta petite flamme a vacillé, s'est affaiblie. Évanouie.
Un 26 septembre...
J'ai cheminé sans toi, d'autres étés ont passé... j'ai écrit. 
Une première histoire.

Celle de Clélia-Luna, princesse délicieusement délicieuse, morose depuis deux saisons et six jours dans son petit fauteuil tendu de velours amarante...

Tu trépignais la première fois que je te la contai :
"Qui va distraire la princesse ? Qui va la guérir ?
Je répondis, mutine :
"Peut-être monsieur Luti, portraitiste à la cour... peut-être le valeureux Cristolf Colombe... ou alors, l'intrépide marquis de Courlabas !"


illus. Julie Machado


Mon amie Julie a illustré Clélia-Luna... nous l'avons envoyée de-ci, de-là, sans succès... 




"Tellement joli, ce que vous avez écrit, tellement unique et merveilleux mais hors critère, collection, ligne d'édition... impubliable..."

C'est que c'était un texte des temps passés, un conte pour petite fille de naguère... avec des phrases croquées et savourées, longtemps tournées, et mâchonnées. Virevoussées en regardant les étoiles pendant que tu attendais que je te berce de mots... 


Clic

Concours littéraire... j'ai lu ça quelque part, par hasard...
J'ai envoyé le récit... la princesse ennuyée, son père exaspéré, le marquis, les demoiselles poudrées, les grands explorateurs et ce petit page si sage, si sage... tous, dans une grosse enveloppe, postée il y a deux ans, quatre mois et une poignée d'heures. 
Je lui ai donné sa chance. 


Artemisia Gentileschi
 Judith et sa servante
,(détail), vers 1618-1619, Palais Pitti, Florence

Il ne fallait pas dévoiler son identité. J'ai signé Artemisia comme Artemisia Gentileschi, peintre d'exception découverte à Florence avec mon amie W.





à Lyon, lors de l'annonce des résultats
Ici


L'histoire s'appelle 
LE SUBLIME PRÉSENT DE CLÉLIA-LUNA
Elle a gagné le concours...
On m'a remis un prix le 9 octobre à Dijon... 




L'après-midi, je suis allée visiter le musée des Beaux Arts... j'y ai vu des merveilles et les sculptures de Pompon...
Devant le Grand cerf lisse et blanc, mon coeur a implosé, un flot s'est libéré... à l'intérieur. 



Grand cerf de François Pompon, Musée des beaux Arts, Dijon


J'ai retrouvé le vent dans les feuilles, les réverbères filant en étoiles et la cabane avec vue panoramique d'une petite fille qui n'est plus. 
J'ai pu y penser. Sans me noyer. Sans me diluer.


"Tu les écriras les histoires ? Dis, tu les écriras les histoires que tu me racontes ?"

"Oui, petite âme, je te le promets."


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire