jeudi 4 juillet 2013

JAPONISER EN JUILLET...

Cette fin de semaine auront lieu à côté de chez moi les Journandises... liesse gourmande d'art et d'artistes... friand étalage de peintures, de poésie, de modelages... 

Photographies dans un jardin, bronzes sur une cheminée, dans une chambre, deux, trois tableaux d'une intense délicatesse... le village de Journans se métamorphose, le temps d'un week-end, en une galerie vivante et joyeuse, bruissante de visiteurs curieux... L'art s'installe dans les maisons...





Cette année, mon complice et ami Loren Bes expose à cette occasion à la galerie Dingue d'Art... Il a créé de nouveaux univers, inventé de nouveaux décors, trouvé de nouvelles couleurs... j'avoue que je me suis laissée tenter...




Pourquoi avoir intitulé cet article "Japoniser en juillet" ?
J'y viens... (Vous connaissez la canarde... elle est bavarde !)

L'année dernière, lors des mêmes Journandises, alors que je déambulais d'une maison à l'autre, d'un potager à une cour, je suis tombée en arrêt devant ceci :

      © Christelle Desmurger

Puis cela :


© Christelle Desmurger
Et encore :

© Christelle Desmurger


En résulta un coup de foudre immédiat !


Le soir même je visitai le site de cette artiste lyonnaise, Chrystelle Desmurger : ICI !
J'y laissai une kyrielle de commentaires éblouis puis m'élançai dans un courriel enthousiaste ! 
(Vous connaissez la canarde : quand elle aime c'est intensément !)
Nous échangeâmes, nous nous visitâmes et nos deux bouts d'âmes  s'accordèrent ... J'écrivis... un conte japonais (d'où le titre du post ! héhéhé, se réjouit la canarde !).

Tout à l'heure... un an après, presque jour pour jour... une date anniversaire en quelque sorte... j'ai reçu ce très beau cadeau et la promesse d'en découvrir d'autres bientôt :



© Christelle Desmurger  pour L'oiseau du samouraï

Pour vous donner une idée de notre petite alchimie, le début de l'histoire :

L’OISEAU DU SAMOURAÏ

          Au Japon, sur l’île de Kyushu, au pied du Mont Aso, vivait Kenbeï, un noble samouraï.
Il avait une fille, Yumi, qu’il aimait profondément.
Souvent, Kenbeï voyageait loin de chez lui mais il ramenait toujours à son enfant un souvenir des lointains pays.
Quand il rentrait, il la rejoignait près du bassin où nageaient les carpes Koï. Et le temps qu’ils passaient ensemble était cher à leurs coeurs.
Fleurs de cerisier
En chapelets de rosée
Confettis flottants.


              Yumi grandissait et devenait chaque jour plus lumineuse.
L’ovale pur de son visage, sa bouche comme un abricot mûr, l’éclat de son regard et l’élégance de sa tournure, faisaient d’elle la plus gracieuse jeune fille de la région.
Elle aimait se promener dans les rizières alentour, s’asseoir au pied d'un arbre pour jouer du shamisen ou regarder le ciel tisser des nuages.

Le soleil sourit
Dans la voix des cigales
Premier jour d’été.





 N'est-ce pas que c'est très beau de japoniser en juillet ? ... ... ... .. .



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire