dimanche 6 juillet 2014

Carnet d'été... Festival de la correspondance à Grignan.


Jeudi 3 juillet. 11h00.

Cour des Adhémar. Pas de bruit. Enfin, si, les cigales ! Et la chaleur. Apnée collective, car : rencontre littéraire enregistrée pour France Culture. La dame vient de l’expliquer. Silence. Respect !

Rangées de fauteuils rouges un peu orangés. Derrière, filets d’eau sage de la fontaine. Azalées, lauriers pourpres à force d'être roses. Eucalyptus. Parfums. Devant, estrade, carafe, table nappée au pied de l'escalier de pierre. Lavande. Lumière écrue. Très douce. Très très douce. Dais de coton blanc. Vélarium d’aujourd’hui. Chic. Joli.

Conférence ..."Agatha Christie, meurtre de l’Europe". Par Blandine Kriegel. La connais vaguement. C’est "quelqu’un". Conseillère à la présidence de la République, chercheur émérite, traduite dans le monde entier... Blonde, coupe sage au carré. Chemisier. Talons. Trois centimètres. Et encore... deux, peut-être. Sage, sage, sage… et passionnée ! Thèse et rethèse sur Agatha ! Étonnante ! Y voit tout ce qu’il n’y a rien à voir. Comme nous tous quand nous aimons trop, tellement,  tant et tant !

Alors. Passionnant. Décorticage savant de l’écriture, de la technique. Agatha se disait "ouvrière". Who ? Wich ? Where ? When ? En privilégiant le Wich au who ? le quoi au qui... répondre à chaque question, bâtir un polar... ça marchait bien, mazette, la technique d'Agatha ! Mais le talent en plus, ça, ça ne s'invente pas...

Romans policiers… biographie d'Agatha mêlée. Cette fuite... Pseudo-nom de la maîtresse de sir Christie, son mari. Je connaissais l’anecdote. Amusant. Je vous raconte ?

Bonne société anglaise. Monsieur Christie, volage... sa secrétaire. 3 décembre 1926, Agatha Christie disparaît. La police retrouve sa voiture vide près d’un marais. Déchaînement de la presse britannique : coup de publicité ? Suicide d'une femme trompée ? Meurtre commandité par un époux avide de liberté ? Multiplications des hypothèses ! Plus de dix mille volontaires traquent, fouillent, cherchent, sondent : rien rien rien !!! Les journaux promettent une récompense de cent livres ! Elle est retrouvée douze jours plus tard dans un hôtel d’une station balnéaire. Identifiée par les musiciens. Nie être Agatha Christie, s’est inscrite sous le nom de Mrs Teresa Neele, le nom de la maîtresse de son mari. Ne reconnaît pas son mari venu la chercher, la chipie !

Suite de la rencontre... construction d’une écriture, d’un style… Correspondance… cercle fermé de la famille in England, les causes, les effets de ce grand meurtre que fut la Grande guerre. Agatha, presque autant lue que Shakespeare… Le petit monde anglais avant 14… après. Les ouvrages d’après 1920… extrapole un peu, la blonde Blandine. Nous perd. Mais j’écoute. Je suis bien à Grignan.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire